»RETOUR À HISTORIQUE ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

photohistorique 4

 

Le Comptoir Familial qui a dû ralentir ses activités au cours des derniers mois, a ouvert ses portes à nouveau, hier, dans un édifice tout neuf construit au 137 de la rue Bowen nord.

Cette initiative d'un groupe de Sherbrookois désireux de venir en aide aux familles moins fortunées prendra donc un élan nouveau devant la popularité de ses services.

Le comptoir Familial n'est pas directement une oeuvre de 'charité dans le sens propre du mot puisqu'il ne don­ ne pas les articles en magasin mais les vend, aux familles moins fortunées à des prix dérisoires.

Par contre, on sais qu'une grande partie des articles en magasin sont données gratuitement au comptoir familial par des citoyens du diocète qui n'en ont plus besoin.

C'est ainsi qu'on a vu, à plusieurs reprises, particulièrement à l'occasion des déménagements, le président-fondateur, le Dr Jacques Letellier faire appel à la générosité des diocésains aux noms des familles pauvres.

La formule préconisée par le Comptoir Familial a ceci de particulier elle respecte la dignité de la personne humaine An ce sens que chaque client à satisfaction d'avoir payé ( même si le prix est très bas) pour l'article qu'on lui remet. 

 Cet organisme a pu survivre et même prendre de l'expansion grâce au dévouement d'un groupe de citoyens et, en particulier, de dames bénévoles qui se' rendent au magasin régulièrement afin de servir la clientèle.

Le magasin sera ouvert tous les mardi, de 1 h 30 à 5 h p. m. ainsi que les vendredi, de 1 h 30 à 8 h. p. m.
Quand au nouvel édifice lui-même, il a pu être construit grâce à la participation et la contribution de plusieurs contracteurs sherbrookois ainsi que d'hommes d'affaires.

Certains ont défrayé une partie de matériaux tandis que d'autres ont fournis gratuitement leur personnel pour la construction de l'édifice qui comprend deux planchers.
Selon le président fondateur, le Dr Letellier, 'les dons ainsi reçus totalisent près de $ 12,000.

Le Comptoir familial, disons-le, a été fondé pour venir en aide aux gens qui sont le moins privilégiés de la société. Il s'adresse à tous le diocèse de Sherbrooke.

Le travail des bénévoles consiste là recueillir tous les dons qui lui sont confiés par la population et de les mettre à la disposition des familles pauvres après une sélection qui consiste à mettre de côté ce qui ne peut être utilisé.

Il s'agit, en particulier, de vêtements, de meubles et d'ustensiles de cuisine.

Ils sont vendus, par le Comptoir fami­ lial, pour la modique somme de 5, 10 ou 15 cents.
L'ouverture officielle du nouvel édifice doit avoir lieu au début de septembre mais cela ne l'empêchera pas de reprendre ses activités cette semaine.

 

 

 
 

»RETOUR À HISTORIQUE ...